© 2016 par KZaborov

 

Le poète Boris Kornilov

 
Grand-père maternel 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boris Kornilov (1907-1938) est un poète soviétique très connu dans son pays. 

Né le 29 juillet 1907 à Pokrovskoe, un village de la région de Nijni Novgorod dans une famille d'instituteurs de campagne, Boris Kornilov grandit dans la Russie profonde. Son enfance est marquée par la guerre, puis par la révolution. La passion de la poésie lui vient très jeune, lorsqu'un jour il se saisit d’un livre d'Alexandre Pouchkine dans la maison familiale. Doté d’un remarquable sens poétique, il commence à écrire très tôt. 

 

Cette passion s’avère si dévorante qu’elle l’empêche de terminer son cycle scolaire. En 1922, le jeune poète gagne Semenovo, une bourgade située non loin de son village natal. En 1925, âgé de 18 ans, il part pour Léningrad, la capitale de la poésie en Russie soviétique, avec l'intention de montrer ses poèmes, consignés dans un cahier, au poète Sergueï Essenine qui met fin à ses jours avant qu'ils n'aient pu se rencontrer. Sa poésie, enjouée et spontanée, attire immédiatement l’attention sur lui.

 

Jeune poète à Léningrad 

 

Boris Kornilov intègre le groupe Smena. Il rencontre en 1926 la poétesse Olga Bergholtz dont il a une fille prénommée Irina. Ce premier mariage ne dure pas. Il se lie par la suite à Lucia Bornstein, qui devient sa femme. À cette époque, il côtoie l'écrivain Mikhail Zochtchenko, le dramaturge et metteur en scène Vsevolod Meyerhold et son épouse, l'actrice Zinaïda Reich qui avait été la femme du poète Sergueï Essenine, mais aussi les poètes Edouard Bagritsky, Ossip Mandelstam et Valentin Stenich, le musicologue Sollertinski et enfin les compositeurs Ivan Dzerjinski et Dmitry Chostakovitch.

Dans ses carnets, Lucia Bornstein, se remémore cette période de leur vie:

 

"Ils allaient souvent déjeuner ensemble au Lenkublit, situé au 106 Nevski Prospekt. C’était une magnifique bâtisse qui avait été fondée à l’initiative de la commission de la ville de Léningrad et dont la vocation consistait à améliorer les conditions de vie des écrivains. C’était un club un peu à part, où tous les acteurs des cercles littéraires de la ville venaient manger du bortsh et du lapin grillé. Les personnalités les plus célèbres le fréquentaient, à commencer par l'écrivain Alexei Tolstoï lorsqu’il arrivait de sa propriété. Mais il y avait aussi de jeunes poètes et des étudiants. Les compositeurs Andronikov, Chostakovitch et Sollertinski étaient souvent présents ; Dzerjinski et Bogoslavki étaient toujours là…"

 

L'amitié avec Chostakovitch 
 

Dmitri Chostakovitch et Boris Kornilov sont presque du même âge. Unis par la jeunesse et par la passion, ils portent un intérêt commun à la nouvelle esthétique. Ils partagent aussi le même désir de construire une vie nouvelle et une culture nouvelle. Ces mots, lourds de signification, n'ont jamais eu pour eux de portée déclaratoire ; ils représentent un rêve et une aspiration constante.

 

Ensemble, ils collaborent à la préparation du film Contreplan "Vstrechni" qui vante les mérites et la vaillance de travailleurs cherchant à dépasser le plan qui leur a été fixé. De ce film est tirée la célèbre chanson "Pesnia o vstretchnom" (La chanson du contreplan), composée par Kornilov sur une musique de Chostakovitch qui sera adaptée en français sous le titre "Au devant de la vie".

 

Devenus amis, le poète et le compositeur rêvent de travailler à nouveau ensemble. Ainsi naît le projet de créer un opéra inspiré du récit d'Isaac Babel « Le Sel ». Le célèbre metteur en scène Meyerhold souhaitait en faire la mise en scène. Le travail venait de commencer et Kornilov avait achevé la rédaction du livret lorsqu'il fut arrêté en 1937.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Песня о встречном - "La Chanson du contreplan"

Composition de Boris Kornilov sur une musique de Dmitri Chostakovitch dans le film "Vstretchny" (contreplan), 1932. 

"Hommage à la mémoire de Dmitri Chostakovitch"

Composition de Kirill Zaborov interprétée par Guigla Katsarava en concert à la salle Cortot en avril 2009.

Lucia Bornstein et Boris Kornilov

Boris Kornilov, tout sur la vie, rien sur la mort.

Documentaire russe réalisé en 2011 en présence d'Irina Bassova. 

La fin tragique 

 

Après la publication d'un poème hostile à la campagne de "liquidation des koulaks", Kornilov subit les assauts de la critique. Il traverse, au milieu des années 1930, une crise existentielle, buvant beaucoup. D'abord attaqué dans la presse, il est finalement exclu de l'Union des écrivains en 1936. Cette même année, sa fille Irina meurt à l'âge de 7 ans.

 

Arrêté le 19 mars 1937, avant la naissance de sa seconde fille, Irina, il est fusillé le 21 février 1938 à l'âge de 30 ans. Pour échapper aux répressions qui s'abattent sur les épouses des "ennemis du peuple", Lucia se réfugie en Crimée où elle est recueillie avec son enfant par le peintre Iakov Bassov qui deviendra son second époux.